Bienvenue sur le site de l'Association
SOPHROLOGIE ATTITUDE

Pour trouver votre l'équilibre CORPS & ESPRIT au quotidien

BLOG


Bienvenue sur le blog de

"SOPHROLOGIE ATTITUDE "

Suivez toute l'actualité sur le Bien-Être au naturel ...

Au programme : SOPHROLOGIE - MEDITATION - RELAXATION

et autres techniques psycho-corporelles naturelles pour

Être & Bien-Être.


Bonne lecture,

Carole NOEL Sophrologue

www.sophrologieattitude.com

[email protected]

06.11.88.24.40.

afficher :  plein / résumé

PENS??E POSITIVE

Publié le 15 juin 2018 à 3:45 Comments commentaires (0)

 

Fêtes de Bouddha => Vesak

Publié le 12 mai 2017 à 4:25 Comments commentaires (0)


Tous les ans à la pleine lune du quatrième mois du calendrier lunaire

" les disciples Bouddhistes du monde entier célèbrent VESAK."



Le Bouddhisme est né, il y a plus de 25 siècles, Bouddha répandit son enseignement pendant 45ans.

Bouddha est convaincu que l'homme est capable de s'améliore et de progresser vers la perfection, et par la suite guider ses semblables à y accéder.


Dans cet esprit,, La Pagode TRUC LAM organise :


21 mai 2017


La commémoration de la naissance, de l'eveil, et de la mort de Bouddha.


Programme :

10h00 : Les fidèles se réunissent

10h30 : Prières - Cérémonie du Vesak

12h00 : Déjeuner offert par la Pagode

12h30 : Animation musicale

15h00 : Prières dédiées aus âmes errants

16h00 : Clôture


L' Association Sophrologie Attitude invite

les Adhérents et non-Adhérents

à fêter ensemble,Vesak.


Vous souhaitez y participer ?

Les places sont limitées, n'hésitez pas à vous inscrire :


SOPHROLOGIE ATTITUDE

www.sophrologieattitude.com

[email protected]

06.11.88.24.40.




Tout ce que vous ne savez pas sur la SOPHROLOGIE

Publié le 31 août 2015 à 9:00 Comments commentaires (0)

Tout ce que vous ne savez pas sur la


SOPHROLOGIE

Publication: 28/08/2015 21h45 CEST Mis à jour: 28/08/2015 21h46 CEST MEDITATION


PSYCHOLOGIE 

On croit tout savoir de la sophrologie et pourtant elle conserve une image floue auprès du grand public, allant de l'ésotérisme à la relaxation, en passant par l'hypnose. A la fin des années soixante, son créateur, le neuropsychiatre Alfonso Caycedo, notant la rupture de la conscience chez ses patients, choisit d'étudier les pratiques orientales sur la conscience et de trouver une approche alternative à la camisole chimique ou aux électrochocs, trop violents et réductifs à son goût et sans espoir d'évolution positive. Dans cette optique, la sophrologie est créee en opposition à la schizophrénie, l'un étant l'étude de l'équilibre de la conscience, le second étant la rupture de la conscience. Précurseur, Caycedo décèle les nouvelles maladies de civilisation dues au stress, au déséquilibre du corps et de l'esprit et étend le champ de la sophrologie neuropsychiatrique au bien-être physique, émotionnel et mental de chacun.


 

La sophrologie agit sur le corps et l'esprit

 

Rassemblant les techniques de relaxation de Schultz et de Jacobson pour le corps, l'hypnose, la visualisation, les techniques "concentratives" de méditation pour le mental, les exercices de respiration des yogis pour les émotions, la sophrologie agit sur le corps et l'esprit. La relaxation dynamique, composante applicative et dynamique de la sophrologie, réhabilite la réalité objective de notre schéma corporel (réalité qui n'est plus accessible au schizophrène) et stimule les méridiens qui traversent notre organisme, libérant ainsi un nouvel état de bien-être corporel et mental.

 


Bien dans sa tête et dans sa peau en toutes situations

La pratique répétée de la sophrologie produit de nouvelles stimulations neuronales dans notre cerveau. Le bien-être ressenti et intégré en fin de séance de sophrologie nous donne rapidement envie de pratiquer à nouveau...enfin une addiction sans effet toxique à la clé! Nous ressentons alors un état harmonieux résultant de l'équilibre du corps et de l'esprit, cette sérénité qui nous fait tant défaut dans notre vie stressante ou lors de douleurs chroniques. Être bien dans sa tête et dans sa peau en toutes situations pourrait être le credo de la sophrologie.


 

Quand la sophrologie augmente le potentiel et la performance

Ce sont les sportifs de haut niveau qui se sont rapidement approprié les bénéfices de la pratique de la sophrologie en préparation mentale, ainsi que les étudiants pour optimiser leurs réussites aux concours. Chacun redoute le stress qui paralyse. Les dirigeants en ont vu leurs intérêts pour faciliter leurs prestations professionnelles devant public, leurs confiances en eux, leurs créativités, idem pour les artistes.

 

Le mythique golfeur espagnol Ballesteros, élève de Caycedo, les tennismen comme Noah et maintenant Tsonga, les équipes de ski, même de football, joueurs de bridge, sports équestres, musiciens, chanteurs (la sophrologie aide les apprentis de The Voice à gérer leur trac lors des directs), les acteurs, tous pratiquent la sophrologie.

 

Mais aussi dans un domaine plus secret le GIGN, les commandos avec le programme TOP (Techniques d'Optimisation du Potentiel), cette sophrologie adaptée aux militaires permet à chacun d'optimiser ses ressources avant, pendant et après les missions. Leurs objectifs: tirer parti du plus de la sophrologie; à savoir, être le plus serein et en même temps le plus réactif en fonction de la situation. Un mot-clé de la sophrologie est l'adaptabilité. Souvent pour décrire cette hyper-sensation, je donne l'image d'un lion dans la savane, calme mais suffisamment vigilant pour piquer un sprint à tout moment opportun. La sophrologie, combinant des exercices spécifiques de respiration et de visualisation, offre une efficace gestion du stress pour une meilleure performance.


 

Quand la sophrologie prête main forte à la médecine de pointe

 

Parallèlement les dentistes et les sages-femmes ont diffusé les techniques de sophrologie pour la gestion de la douleur. Et même si depuis, les molécules anesthésiantes se sont diversifiées, la gestion de la douleur par la sophrologie reste un recours précieux pour les patients en douleurs chroniques, que la chimie, la morphine ne soulage plus. Ma propre expérience d'une capsulite sévère m'a permis de valider et d'affiner l'approche de la gestion de la douleur avec la sophrologie pendant 18 mois. Les migraineux chroniques trouvent aussi dans la sophrologie une ressource au-delà de leurs croyances. La mobilisation du système nerveux autonome lors des exercices spécifiques de respiration pendant une séance de sophrologie devient un anti douleur, disponible 24h sur 24h, où que l'on soit en réunion, en déplacement, au travail, dans son lit.

 

Depuis quelques années, se basant sur les résultats positifs des sportifs de haut niveau, qui ont eu un accident et récupèrent infiniment mieux quand ils pratiquent la sophrologie, des protocoles pour les FIV, les cancers, les opérations délicates bouleversent positivement les statistiques de récupération et deviennent une approche complémentaire indispensable pour rétablir un équilibre corps-esprit. La similitude avec la méthode du Dr Carl Simonton pratiquée dans les services hospitaliers américains de cancérologie conforte le sophrologue, car aux US cette méthode est officielle et recommandée.

 

La sophrologie utilisant l'activation de la pensée par la pleine conscience de l'attention, c'est-à-dire canaliser sa pensée à l'instant présent sur une partie du corps, une image ou un mot, s'est révélée intéressante dans les troubles de l'attention, les hyperactifs, Alzheimer. La sophrologie, tout comme la méditation, se montre applicable dans les nouvelles maladies. La méditation mindfulness des protocoles MBSR et MBCT est une sœur jumelle de nos protocoles de sophrologie. Même si vous pratiquez une séance de sophrologie tous les jours pendant de longues années, l'impact généré dans votre corps et sur votre mental continue à se développer.



Quand la sophrologie résonne pour soigner les bleus de l'âme

 

Troubles des émotions, troubles de l'humeur, dépression, deuil, angoisse, phobie, bégaiement, acouphènes, mais aussi tout ce qui touche le soma, c'est-à-dire tous les maux qui s'expriment par le corps à la place de vos mots, spasmophilie, malaise vagal, trouvent en la sophrologie et grâce à l'alliance faite avec le sophrologue une résonance d'amélioration vers un mieux-être. Les compagnies aériennes ont compris l'intérêt d'intégrer les séances de sophrologie dans leur stage de gestion de la peur de l'avion.

 

Pour finir cette approche non exhaustive de la sophrologie et parce que la demande est en constante augmentation, même chez les enfants, savez-vous que la sophrologie est une solution idéale pour retrouver votre sommeil. Solutions étudiées et mesurées dans les centres de sommeil, intégrées dans les stages de sommeil et que vous pouvez apprendre avec votre sophrologue.


 

A chacun sa sophrologie

 

Le sophrologue pratique avec vous, adapte un protocole spécifique à vous. Chaque séance de sophrologie est riche de clés. Pratiquer cinq à dix séances, permet de laisser son corps et son esprit s'approprier de multiples solutions. Car l'enjeu de la sophrologie, c'est de nous rendre autonome, libre, à nouveau créateur de nouvelles possibilités pour notre santé, notre vie, nos émotions.


Pour plus d'informations 


Carole NOEL Sophrologue Praticien Agrée

wwwsophrologieattitude.com

[email protected]

06.11.88.24.40.


Séance d'essai GRATUITE

Possibilité de prise en charge mutuelle 


Pour une rentrée en toute Sérénité...

Publié le 27 août 2015 à 2:05 Comments commentaires (0)

SOPHROLOGIE ATTITUDE

Programme 2015-2016

 (Inscriptions en cours)


" Vivre avec la Sophrologie pour trouver l'Être & Bien-Être au quotidien "


Publics concernés : Enfants, Adolescents, Adultes & Seniors


Séance Découverte Gratuite !

Possibilité de prise en charge mutuelle


A bientôt,

Carole NOEL Sophrologue

06.11.88.24.40.

www.sophrologieattitude.com -  [email protected]


10 bonnes raisons d???essayer la sophrologie

Publié le 20 mars 2015 à 13:05 Comments commentaires (0)

Vous entendez de plus en plus parler de la sophrologie que ce soit pour la gestion du stress, les troubles du sommeil, la préparation à l’accouchement, aux examens et aux concours…

 

La sophrologie, véritable outil du quotidien, est un accompagnement aux différents moments de la vie.



 

Si vous hésitez encore, voici 10 bonnes raisons pour lesquelles vous aurez envie de tenter l’expérience.

 

C’est facile

Les exercices sont adaptés à vos besoins et vous les réalisez dans les limites de vos possibilités. Le déroulé de la séance est à chaque fois détaillé et validé avec vous. Puis, vous n’avez plus qu’à vous laisser guider et accompagner par la voix du sophrologue.

 

C’est confortable

La sophrologie se pratique dans la tenue de tous les jours assis, debout et parfois allongé. Vous avez toute la liberté de vous donner du confort : trouver la posture la plus confortable, la réajuster si besoin, ouvrir les yeux, vous asseoir etc. Tout cela pour vous permettre de vivre pleinement l’expérience.

 

C’est un moment pour soi

C’est un temps de présence à vous-même, l’occasion de porter votre attention sur vos sensations, émotions ou sentiments et prendre un peu de recul.

 

C’est relaxant

La sophrologie vous invite à vivre le moment présent et à vous libérer des tensions inutiles. La concentration sur la respiration, par exemple, va permettre de calmer le mental et provoquer un sentiment de bien-être et de détente.

 

C’est remboursé par certaines mutuelles

De plus en plus de mutuelles prennent en charge les médecines douces ou alternatives dont la sophrologie. 

 

C’est l’occasion de faire des rencontres, d’échanger et de partager

Les séances de sophrologie peuvent se pratiquer individuellement mais aussi en groupe.

A la fin de chaque séance, un temps est prévu afin que vous puissiez partager votre ressenti. C’est aussi l’occasion de vous enrichir de l’expérience des uns et des autres.

 

C’est une découverte de soi

Par la sophrologie vous apprenez à mieux vous connaître, à identifier vos émotions, vos comportements et vos valeurs. C’est un outil de développement personnel qui vous permet de vous réalisez et de développez votre potentiel.

 

C’est osé être soi-même

Vous apprenez à prendre votre place (affirmation de soi), à mieux vivre en groupe et à renforcer la confiance en soi.

 

C’est un renforcement du positif

La sophrologie est basée sur le principe d’action positive qui signifie que toute action positive dirigée vers le corps ou vers le mental à une répercussion positive sur l’être tout entier. Sa répétition provoque un « effet boule de neige » sur toute la personne. La sophrologie va renforcer les éléments positifs de votre passé, de votre présent et de votre futur.

 

C’est un regard différent

A partir d’une approche phénoménologique, la sophrologie favorise « un retour aux choses mêmes » c’est à dire vivre les choses sans jugement, a priori ou interprétation. C’est à chaque fois un regard nouveau et différent. La sophrologie vous permet également de voir le positif avant le négatif sans pour autant le nier.

 

Pour conclure, la sophrologie vous aide à définir ce qui est important pour vous et d’incarner cette célèbre citation de Gandhi : « soyez le changement que vous voulez voir dans le monde ».


A Bientôt,
Carole NOEL Sophrologue


www.sophrologieattitude.com

06.11.88.24.40.

COMMENT FAIRE POUR S???AIMER SOI-M??ME?

Publié le 20 mars 2015 à 11:50 Comments commentaires (0)


Comment faire pour s’aimer soi-même? S’aimer soi-même signifie apprendre à vous traiter comme un parent aimant traiterait son enfant.

 


«Je suis certain que vous avez déjà vu cette phrase : « Vous devez commencer par vous aimer vous-même ». Mais qu’est-ce que cela signifie? S’offrir un chocolat chaud quand on a froid ? S’acheter une nouvelle robe quand on en a envie ? Faire ce qu’on veut quand on le veut ? S’aimer soi-même signifie apprendre à vous traiter comme un parent aimant traiterait son enfant.

 

En tant qu’adulte, vous avez toujours un Enfant Intérieur en vous. C’est le siège de vos émotions. Au niveau émotionnel, vous réagissez toujours comme un enfant de 3-4 ans. Vos émotions ne peuvent pas devenir « adultes ». Mais vous pouvez le devenir et apprendre à agir comme un adulte. Vous pouvez apprendre à respecter vos émotions, comment les accepter et les gérer. Vous pouvez apprendre à vous occuper de cet Enfant Intérieur.

 

Quand vous n’avez pas conscience de l’existence de votre Enfant Intérieur, vous essayez de vivre dans un monde d’adultes comme un garçon ou une fille de 4 ans environ. Vous vous sentez seul, vous avez peur du monde extérieur, ne sachant pas quoi faire, où demander l’aide, comment vous protéger. C’est très difficile de vivre de cette façon.Sans avoir appris à prendre soin de cet Enfant Intérieur, vous vous sentirez toujours anxieux, effrayé, fatigué et plein de doutes. Il est dur d’essayer de survivre comme un enfant dans un monde d’adultes. Vous vous sentirez furieux, angoissé et perdu, le plus souvent.Pourquoi ? Car personne ne s’occupe de ce Petit Enfant à l’intérieur de vous !

 

Disons que vous vous appelez Charlotte. Vous avez 35 ans. Au fond de vous vit la petite Charlotte. Elle a quatre ans. Pendant que vous vous occupez dans le monde extérieur d’autres personnes, de vos affaires, que vous essayez de survivre, de faire mille choses chaque jour, la petite Charlotte se sent délaissée. Quand vous courez toujours pour aider les autres et vous assurer que leurs besoins soient comblés, vous serez épuisée chaque soir et il y a beaucoup de risques que vous pleuriez dans votre lit. Vous avez des sautes d’humeur, parfois même des crises de rage. Vous vous sentez souvent furieuse sans pourquoi (mais il y a une raison importante à cela).

 

C’est votre Enfant Intérieur qui essaie de capter votre attention.

 

Imaginez que vous avez, en plus de vos enfants, mari, collègues, parents, amis, une petite fille de quatre ans, qui s’appelle Charlotte par exemple. On ne s’occupe pas d’elle. Dès qu’elle tente de dire quelque chose et d’obtenir un peu d’attention, vous lui criez “Tais-toi!”. Vous lui dites que vous devez vous occuper de vos parents, de votre travail, de votre mari, de vos paperasseries, de vos amis, de vos autres enfants, de votre maison … et que vous n’avez pas de temps pour elle !

 

Il n’y a rien de pire qu’ignorer votre Enfant Intérieur. Cela signifie que vous essayez de vivre comme si VOUS n’existiez pas.

La pire sensation imaginable est d’être infidèle envers soi-même. Il n’y a rien de pire que cela !

 

Combien de temps avez-vous ignoré ce que vous ressentiez, pour plaire à quelqu’un d’autre ? Combien de fois avez-vous dit à votre Enfant Intérieur : “Tais-toi, tu n’es pas important, l’autre est bien plus important que toi, pars, je ne veux pas t’entendre, je ne veux pas te voir, laisse-moi tranquille” ? Horrible n’est-ce pas ? Et vous faites cela chaque fois que vous choisissez le désir de l’autre avant le vôtre.

 

Que fera cette petite Charlotte « ‘intérieure »? Quand elle remarquera que les tentatives pour attirer votre attention sont vaines, elle renoncera. Elle dira : ”Je n’ai pas d’importance, on ne m’aime pas, personne ne veut s’occuper de moi, je n’en vaux pas la peine ”, et elle déprimera.

 

Bien sûr, vous croirez que ce sont les autres qui vous dépriment, le travail, vos enfants, votre mari ou vos parents.

Mais ce n’est la faute de personne. Vous devez seulement apprendre à vous occuper de cet Enfant Intérieur qui, lui, souffre de votre manque d’attention.

Lorsque la petite Charlotte ne réussit toujours pas malgré ses nombreuses tentatives à capter votre intérêt, il lui reste un arme ultime : petite Charlotte tombera malade. Ou elle aura un accident. De cette façon-là, la grande Charlotte adulte apprendra peut-être à prêter enfin attention à son Enfant Intérieur, qui est aussi réel (si pas plus) qu’un vrai enfant de chair et d’os.

 

Vous devez apprendre à être un parent aimant pour vous-même.

 

Qu’est-ce s’aimer soi-même signifie?

 

 

Premièrement vous devez développer une Mère Intérieure. Si vous avez eu la chance d’avoir une mère aimante, vous pouvez la prendre comme exemple. Sinon vous devez l’inventer, la créer de toute pièce cette Mère Intérieure, qui est votre énergie féminine, votre côté intuitif, soignant, aimant.

 

Dès que vous avez une émotion, votre Mère Intérieure devrait demander à votre Enfant Intérieur : “Que se passe t-il, mon chéri ?” Écoutez ce que votre Enfant Intérieur a à dire. Et vous continuez le dialogue. La Mère Intérieure doit dire maintenant : “Viens ici. Viens dans mes bras, je t’aime, je t’aime comme tu es. Je t’aime avec tes émotions. Tu es en sécurité.”

 

En faisant cela, le poids des émotions diminuera. Dites surtout : “Je comprends” à votre enfant Intérieur. Ce sont peut-être les mots les plus importants, les mots qui ont le plus manqué. Ces mots sont très importants, car la plupart du temps on ne se sent pas « très normal » avec les sentiments que nous avons et nous essayons de les ignorer ou réprimer, ce qui les rend plus lourds. “Je comprends, mon chéri, viens ici dans mes bras, je t’aime.”

 

Restez quelque temps dans cet esprit jusqu’à ce que les émotions se calment, et demandez : ”De quoi as-tu besoin maintenant?”

 

Peu importe la réponse de votre Enfant, dites : “Nous le demanderons à ton Père”.

 

Ici commence la tâche de votre Père Intérieur, qui doit vous protéger et agir en votre faveur dans le monde extérieur. Vous n’enverriez jamais votre petit de quatre ans demander une augmentation de salaire au patron ou régler un conflit à l’école ou avec les voisins, n’est-ce pas ? Pourquoi le faites-vous avec vous-même ? Envoyez votre Père Intérieur faire ce qu’il y a à faire dans le monde extérieur. Votre Père Intérieur est votre énergie masculine, qui vous permet de prendre des décisions, d’agir, et de manifester les désirs de votre Enfant dans le monde adulte extérieur.

 

Lorsque votre Enfant a un besoin, comme appeler quelqu’un ou aller quelque part pour arranger quelque chose, imaginez que votre Enfant Intérieur reste à la maison avec sa Mère qui s’occupe de ses sentiments (“je comprends que tu as peur …”) et que votre Père Intérieur (cette autre partie de vous) aille faire ce qu’il y a à faire. Votre Père Intérieur est la partie de vous qui est capable de gérer le stress, de prendre des mesures, d’arranger des conflits et toute autre action dans le monde extérieur. Si cette partie (la capacité d’agir) vous manque parce que vous n’aviez pas de bon modèle quand vous étiez petit vous-même, vous devrez la créer et la développer.

 

Bien sûr votre Enfant Intérieur, votre Mère et votre Père sont les différentes facettes de vous-même. Pour devenir une personne vraiment adulte, il faut développer ces parties à l’intérieur de vous. Ainsi vous deviendrez une personne intégrée, qui est capable de gérer ses propres émotions, de s’écouter et d’agir selon ce qu ‘elle sent. C’est cela s’aimer vous-même : entendre votre Enfant Intérieur, prendre soin de ses besoins, et agir pour le protéger et le laisser s’épanouir.

 

Je vous ai donné un « modèle » pour comprendre ce qui se passe à l’intérieur de vous et de quelle façon vous pouvez apprendre à vous aimer.

L’amour pour vous-même consiste donc à prendre vos émotions au sérieux, et à agir selon vos besoins intérieurs. S’aimer soi-même c’est installer ce dialogue avec vous-même chaque matin quand vous ouvrez vos yeux, chaque soir quand vous allez au lit et chaque fois que vous ressentez une émotion.

 

C’est créer votre propre famille d’amour, à l’intérieur de vous. Vous ne vous sentirez plus jamais seul. Vous êtes déjà trois! Appelez cela votre Trinité. Où que vous alliez, à présent vous y allez avec votre Famille Intérieure. Vous n’êtes pas seul. On vous aime et on vous protège. A présent vous vous écoutez et vous vous occupez de ce petit Enfant précieux qui a attendu si longtemps pour recevoir votre attention et amour. C’est cela la guérison intérieure»

 

Auteur de s’aimer soi-même: Ineke Van Lint

Source : enthousiasme.info

Vous souhaitez plus d'informations pour Être & Bien-Être au naturel ?

N'hésitez pas à consulter le site de l'Association Sophrologie Attitude => sophrologieattitude.com

A bientôt,

Carole NOEL Sophrologue

06.11.88.24.40.

L???adolescence à la recherche de soi-même???

Publié le 14 mars 2015 à 21:20 Comments commentaires (0)


L’adolescence à la recherche d’estime et de confiance…

L’adolescent n’est pas un individu à problème, c’est la façon dont nous le percevons qui représente un problème.

Il y a longtemps (mais je m’en rappelle comme si c’était hier) en faisant des mots fléchés: je repère un long mot vertical au centre de la grille avec pour définition « la plus belle période de la vie », je souhaite trouver ce grand mot qui m’aidera assurément à en découvrir beaucoup d’autres mais là, je cale… vraiment je ne vois pas… je le laisse de coté et petit à petit je vois se dessiner le mot ADOLESCENCE, alors un vent de colère m’inonde : « non mais, qui est le C… qui a pu donner cette définition ? » ! Une réaction tonique parfaitement en lien avec mon vécu… C’était il y a de nombreuses années… j’avais encore ce tempérament fougueux que le temps et la sophrologie ont grandement adouci et tempéré.

En revanche mon avis sur l’adolescence reste inchangé, elle ne représente pas la plus belle période de la vie pour certaines personnes, mais plutôt une période de transition, d’incompréhension et d’incertitude.

Sur qu’un grand nombre de jeunes sauront compenser cet inconfort par le jeu, la joie de vivre, l’insouciance, l’amour et l’amitié… Pour d’autres le trouble peut invalider lourdement le bien-être personnel et familial. Ado que vit tu? : Le regard perdu au loin, perçu comme rêveur ou absent, peut-être tourné vers l’avenir. Un futur souvent inquiétant, tristement dépeint par la plupart des adultes. Les pieds imprégnés de l’énergie enfantine, bien ancrés dans les valeurs inculquées. Le corps en pleine transformation, épuisé d’évoluer et d’actionner les fonctions physiologiques de la maturité. L’esprit troublé ou en déroute, à la recherche de compréhension et d’équilibre dans le concept de soi. Sincèrement peut-on décemment définir (comme une généralité) cette période comme la plus belle de la vie ?

Au détour de mes nombreuses lectures j’ai découvert que dans certaines cultures ancestrales, le mot « adolescent » n’existe pas ! Surprenant non ?

En effet, qu’il y ait des rites initiatiques ou pas dans ces cultures, à l’âge de 12 ans, tout le monde sort de l’enfance, pour entrer dans une période plus ou moins longue qui le conduira à devenir un adulte responsable. Autrement dit, à partir de 12 ans chaque humain se prépare à devenir un adulte. Ceci ne signifie pas qu’il doit être immédiatement responsable et autonome, mais qu’il doit simplement commencer à s’entrainer pour le devenir.

Si dans notre culture l’adolescent n’existait pas ? à qui appartiendrait la crise ???

Je réalise en souriant que vous me voyez venir… Oui en effet, nous, les adultes, comment voyons nous grandir nos enfants ou les enfants qui nous entourent ? Sommes nous prêts à leur accorder l’autonomie et l’indépendance qu’ils revendiquent à partir de 12 ans ? Je ne juge rien… je sais très bien qu’en terme d’éducation nous faisons ce que nous pouvons !

Si nous les adultes, qui que nous soyons, parents ou enseignants, nous pouvions nous libérer de nos propres peurs pour faire un peu plus confiance à nos ados et les laisser progressivement devenir les adultes qu’ils souhaitent incarner.

Voilà une question intéressante, n’est-ce pas ? Ceci dit, ici, l’adolescent existe et la crise est clairement ressentie dans de nombreuses familles…

La sophrologie pour le bien-être de l’adolescent :

Le travail proposé à un adolescent avec la sophrologie consiste à lui permettre la rencontre avec lui-même, sur son propre chemin. En commençant par le corps comme réalité dynamique et changeante, qui, durant cette période, passe un réel cap, et qui n’aura de cesse d’évoluer tout au long de la vie. Pour accompagner cet adulte en devenir la sophrologie pourra également lui permettre de révéler à sa conscience, les valeurs qu’il souhaite nourrir, les qualités et ressources qu’il possède, et celles qu’il peut développer. Il s’agira encore, de commencer à envisager un futur dans une vision plus positive dans la conscience de ses capacités : la force vitale, l’adaptation, le concept de choix.

Tout ce travail conduira assurément l’adolescent vers la confiance en soi et l’estime de soi, il pourra alors adopter un comportement moins réactif ou moins défensif. Il deviendra sans doute plus rassurant pour ses maîtres (parents, enseignants) et certainement modélisant pour ses pairs.

Un adolescent qui rayonne la confiance et le bien-être ne laisse personne indifférent !

La sophrologie pour la sérénité des parents :

Nous envisageons parfaitement en tant que parents de nous faire accompagner au début de notre parentalité, quand nos enfants sont bébés ou petits. Il est rare de voir des parents consulter pour des problématiques liées à leur enfant adolescent. Naturellement les dysfonctionnements relationnels sont souvent mis « sur le dos » de « la crise d’adolescence ». Cependant il semblerait que cette démarche d’accompagnement du parent soit très intéressante également. C’est une étape de taille de devenir parent d’un adulte ! Elle va mobiliser toutes nos capacités d’adaptation, autant sans doute qu’au moment d’une naissance.

Il s’agit d’accepter l’unicité de notre enfant, cet humain différent de nous, libre de ses choix. J’observe souvent des parents qui luttent pour que leurs enfants soient comme eux pour tout ce qu’ils ont réussit et différents pour ne pas se confronter aux même échecs ! Il s’avère que le modèle que nous sommes en tant que parent, représente le meilleur des enseignements : nos échecs, nos difficultés, nos faiblesses, autant que nos forces, nos capacités et nos réussites constitueront la base de leurs choix d’adulte.

Le travail sophrologique avec les parents, sera également orienté vers la confiance en soi, la gestion des émotions, la compréhension des peurs et des capacités d’action.

L’adulte en pleine confiance saura beaucoup plus facilement accompagner son ado sur ce chemin, et sera également très représentatif « du bien-être » de l’adulte.

Nous souhaitons le bonheur de nos enfants !

Nous le souhaitons pour eux évidemment et pour nous également, comme un besoin pour échapper à la culpabilité et à la souffrance…

Nous ne pouvons pas construire le bonheur de l’autre. Nous n’avons pas à tracé le chemin de nos ados, mais simplement leur montrer le notre, afin qu’ils puissent s’en inspirer.

A l’instar du papillon qui doit lutter pour quitter son cocon, l’enfant doit construire sa capacité au bonheur, peut-être simplement dans l’assurance et la confiance que le bonheur est à la portée de chacun…



Education : dépoussiérons nos écoles en osant la méditation en classe

Publié le 10 novembre 2014 à 6:55 Comments commentaires (0)

LE PLUS. Mauvais résultats scolaires, anxiété ou exclusions, et si la solution pour être concentré en cours se trouvait dans la méditation. Cette pratique a fait ses preuves aux États-Unis, mais la France continue d'avoir peur. Héloïse Pierre, étudiante en master co-fondatrice du collectif Seum'eurs d'Avenir, est convaincue par les bienfaits de cette discipline.


Une enfant en cours de yoga dans une école de Sacramento en Californie. (Randy Pench/AP/SIPA)

Fermez les yeux, juste deux minutes. Ecoutez votre respiration. Essayez de sentir l’air entrer et sortir de vos narines. Respirez. Concentrez-vous sur votre respiration. Maintenant ouvrez les yeux. Deux minutes par jour, ces exercices peuvent avoir un vrai impact sur l’environnement scolaire de nos enfants.

Mauvais résultats scolaires, frustrations, exclusions, délinquances… tant de maux attribués à l’école et si peu de réponses apportées pour y remédier. Depuis la mise en place du collège unique en 1975, l’école n’évolue guère : un tableau et un prof omniscient en face d’élèves passifs.

Alors que notre monde bouge à mille à l’heure, il s’agit surtout de ne pas trop perturber notre vieille école poussiéreuse. Nous adoptons les mêmes méthodes depuis 1884, en espérant que ça collera toujours.

Les employés de Google s'inspirent de Boudha

Pendant ce temps, dans le reste du monde, on cherche et on expérimente de nouvelles méthodes adaptées au contexte scolaire actuel. En effet, le savoir est partout en libre-service, une recherche Google et c’est dans la poche.

La question n’est plus vraiment de capitaliser des connaissances, mais plutôt de réussir à s’en servir, de pouvoir faire le tri, et d’arriver à se concentrer face à la masse d’information que l’on reçoit en permanence.

Ainsi, parmi ces nouvelles méthodes, une attire particulièrement l’attention, la méditation de pleine conscience. Technique inspirée de l’enseignement de Bouddha et laïcisée par Jon Kabat-Zinn, elle se répand à une vitesse incroyable dans la sphère privée.

De grandes entreprises comme Google mettent à disposition de leurs employés des séances de pleine conscience afin d’installer une meilleure ambiance de travail. De plus, la méditation aide à se concentrer et à développer son attention, le but étant d’être "présent-présent" dans ce que l’on fait.

Aux États-Unis, ça fonctionne

Mais la vague de méditation ne s’arrête pas là et touche jusqu’à l’école américaine, anglaise, suédoise… Avant chaque cours, les professeurs proposent des temps de cinq minutes où toute la classe reste en silence, les yeux fermés et travaille sur un exercice de respiration ou de concentration.

Les premières expérimentations sont faites dans des quartiers très sensibles aux États-Unis où la violence à l’école est un lieu commun. Au bout d’un an, les études révèlent une diminution des infractions scolaires, une baisse des comportements agressifs et de meilleurs résultats [1].

Aujourd’hui, la méditation est utilisée dans de nombreuses écoles, cela permet une meilleure ambiance dans l’établissement, et apaise les élèves ce qui leur permet d’être plus attentif en classe et donc de mieux réussir.

En France, le mot "méditation" fait peur

Cette technique "nouvelle", vieille de 2400 ans, peut faire peur à notre vénérable institution. Sa connotation religieuse est, elle aussi, un réel frein à son application dans l’école laïque.

Plusieurs expérimentations, menées en France, ont rapidement été arrêtées. Ces enseignants parlent d’incompréhension de la part de l’administration, des collègues, des parents. Oui le mot "méditation" fait peur et pourtant, nous sommes prêts à pratiquer la méditation dans notre sphère privée, l’explosion de la demande de livres et de cours de méditation en est une belle illustration. Alors pourquoi ne pas encourager l’école à s’en inspirer ? [2]

Adapter l’école aux changements sociétaux du XXIe siècle, ce n’est pas forcément offrir des tablettes à chacun. L’école doit donner aux enfants les clés pour appréhender le futur.

Méditer, c’est renouer avec son moi, c’est se comprendre, se poser, apprendre à être là… Avec un esprit plus calme et attentif, l’enfant pourra apprendre pleinement et vivre dans un environnement plus sain. Sans aucun doute, à notre tour, il est grand temps de véritablement expérimenter la méditation à l’école.



Voir l'étude de Schonert-Reichl & Lawlor, 2010.

Pour plus d’informations sur les expérimentations faites en France :

http://agepsraymondbarbry.wordpress.com/pleine-conscience/

http://www.coinprof.net/wp-perso





L' Automne & La Sophrologie

Publié le 25 octobre 2014 à 11:45 Comments commentaires (0)

 

L’Automne & La Sophrologie…


 

Notre corps obéit aux saisons et l’automne pointe effectivement le bout de son nez pour le plus grand bonheur de nos yeux et de notre odorat.


Quand nous pensons le mot « automne », cela nous évoque directement des couleurs chaudes et des odeurs typiques (rappelons-nous une belle promenade dans les bois en automne).

 

Imaginons-Sentons-Revivons !

 

Cette belle saison n’a pas que des avantages.

 

Notre organisme est soumis aux cycles naturels de la vie.

Pour les personnes dites plus « fragiles » ou « sensibles » l’automne pourrait marquer notre organisme par des désagréments car il doit fournir plus d’efforts afin de garder un bon équilibre entre le plan physique, mental et émotionnel.

 

C’est pour éviter ce déséquilibre que nous devons être attentifs.

Ecouter ce que nous dicte notre corps par ses symptômes (gastriques, cardio-vasculaires, pulmonaires, changements d’humeur, baisse de moral, coups de blues…;).

 

L’Harmonie Vitale par la Sophrologie peut nous aider à faire face à cette période qui est certes belle, mais tellement éprouvante pour certain(e)s.

 

Grâce à ces techniques nous pouvons apprendre à mettre notre organisme au repos afin de préserver notre système immunitaire qui nous sera bien utile pour faire face aux symptômes de l’hiver.

 

« Respecter les lois de la nature et synchroniser nos horloges internes ne pourraient que nous apporter l’harmonie dont nous avons tant besoin pour vivre sereinement ».

 

Apprenons à déployer notre énergie aux rythmes des saisons.




 

Voici quelques petits conseils afin de passer un bel automne en pleine forme :


 

- Se lever et se coucher à la même heure chaque jour (respecter son rythme biologique).

- Aérer l’habitation plusieurs fois par jour.

- Marcher au grand air.

- Prendre de la Vitamine D (à voir avec votre médecin, lui demander conseil).

- Profiter un maximum de la lumière naturelle dès que cela est possible.

- Profiter d’une belle promenade en lâchant prise de vos soucis et en vivant le moment présent.

- Penser à humer toutes ces belles odeurs et toucher toutes ces belles matières que la nature nous offre au quotidien.

- S’alimenter de façon seine avec des aliments de saison que la nature nous offre.



 

 

« N’oublions pas que le rythme des saisons est aussi le nôtre ».

Si je LE respecte, je ME respecte.

 

Profiter de cette magnifique saison qui chante et nous finirons par chanter avec elle…

 

Je reste disponible pour tout renseignement supplémentaire.



Carole NOEL Sophrogue 

06.11.88.24.40.

www.sophrologieattitude.com

[email protected]

A bientôt,

Sophrologie et désir en 3 leçons

Publié le 24 octobre 2014 à 2:05 Comments commentaires (0)



La sophrologie travaille avec le corps et l’esprit et permet à chacun de trouver un bien-être dans sa vie quotidienne comme dans sa vie intime.

Souvent utilisée dans le domaine de la sexualité, la sophrologie permet de renouer avec son désir. Si la sexualité est différente pour chacun, elle est avant tout une question de sérénité et d’appréciation de son corps. Voici trois exercices simples pour vous permettre de vivre l’harmonie avec votre partenaire.

 


Etape 1 : Valoriser son corps

 

Il faut être bien dans sa peau, dépasser ses complexes et ses appréhensions pour vivre une sexualité épanouie. Valoriser son corps, c’est aussi le connaître, porter un regard juste et bienveillant sur nous-même. Souvent la crainte de se confronter à soi, à ses imperfections, mais aussi à cette mystérieuse machine qu’est notre corps nous maintient dans l’ignorance de nous-même. S’ouvrir à soi est la première étape pour se laisser aller avec notre partenaire.

 

L’exercice du miroir permet de prendre conscience de sa beauté et de ses possibilités en recréant mentalement les multiples détails de notre corps.


Méthode : Debout, les jambes légèrement écartées, inspirez en croisant les mains sur la tête. Maintenez la position quelques instants et concentrez vous sur votre image. Puis, laissez redescendre les mains devant vous tout en projetant l’image de votre corps au creux de celles-ci comme dans un miroir. Imaginez chaque détail de votre corps que vous appréciez. Répétez l’exercice trois fois. Prenez conscience de la beauté de votre corps.



 

Etape 2 : S’ouvrir aux plaisirs

 

Une fois en confiance avec soi, la sophrologie vous aide à vous laisser aller aux plaisirs, à éprouver la douceur du moment et à prendre conscience du potentiel de chaque recoin de votre corps. La sensualité n’est pas la sexualité, elle est affaire d’atmosphère, d’ambiance de sensations subtiles : une étoffe qui glisse sur la peau, une lumière tamisée peuvent mettre votre corps en éveil.

 

L’exercice du peignoir permet, par la visualisation et la sensation de s’ouvrir aux plaisirs.

Méthode : Debout, les jambes légèrement écartées, les mains posées de part et d'autre des cotes. Imaginez porter un peignoir léger et soyeux. Inspirez par le nez en gonflant la poitrine et en tirant légèrement les coudes vers l'arrière. Imaginez le peignoir s'ouvrir et descendre légèrement sur les épaules. Laissez la poitrine redescendre en soufflant par la bouche. Répétez l’exercice trois fois et s'ouvrir progressivement aux plaisirs. Prenez conscience de votre potentiel.

Une fois que vous êtes reconnecté(e) à votre corps et éveillé(e) aux sensations, vous pouvez chercher l’harmonie avec votre partenaire. Se connaître et porter un regard indulgent sur soi est une étape fondamentale pour laisser l’autre nous aimer.

 

Etape 3 : Vivre l’harmonie à deux

 

L’harmonie entre deux personnes est une relation d’échange et de connivence. Il faut créer un lien avec le corps de l’autre, trouver une écoute mutuelle. La sexualité est un dialogue, elle commence avec la sensualité indispensable aux rapports intimes. Dans Les Mémoire d’Hadrien, Marguerite Yourcenar écrit « Qu’est-ce que la volupté, sinon un moment d’attention passionné au corps. » En effet, l’attention, l’écoute de soi et de l’autre sont les fondements du plaisir. Cette entente si particulière peut-être établie par des exercices simples, en travaillant par exemple son souffle au rythme de celui de l’autre pour se mettre à l’unisson.

 

Méthode : allongez-vous en cuillère avec votre partenaire (tous deux sur le côté, le ventre de l’un contre le dos de l’autre). Le partenaire arrière pose une main sur le ventre du partenaire avant.

Le partenaire avant respire librement. Le partenaire arrière synchronise sa respiration sur le rythme du partenaire avant, en s'aidant de la perception des mouvements du ventre de son partenaire sous sa main. Respirer ensemble quelques instants et sentir l'unité du couple.

Le partenaire arrière respire librement. Le partenaire avant synchronise sa respiration sur le rythme du partenaire arrière, en s'aidant de la perception des mouvements du ventre de son partenaire dans le dos. Respirer ensemble quelques instants et sentir l'unité du couple.

Répétez l’exercice trois fois et prenez conscience de l'harmonie de votre couple.

 

Partage et non performance, la sexualité dépend de votre bien-être et de celui de votre partenaire. Ecoute et attention à l’autre et à soi sont les maîtres mots d’une libido épanouie.

 

 



 

 


La rentrée scolaire avec le sourire ?

Publié le 2 septembre 2014 à 13:20 Comments commentaires (0)


L’été s’en va doucement et la rentrée scolaire approche à grands pas, une des périodes les plus stressantes de l’année pour beaucoup de parents !

Voilà un moment durant lequel la sophrologie va être bien utile, pour trouver le calme et la sérénité, pour relativiser et vivre ce défit en pleine confiance. Tous ceux et celles qui ont pratiqué la sophrologie à un moment de leur vie, quel qu’en soit la raison, vont pouvoir dépoussiérer les exercices appris pour mieux gérer le stress de cette période. Effectivement la sophrologie c’est un peu comme les tables de multiplication, il suffit de les apprendre pour s’en servir tout au long de notre vie !

Revenons à la rentrée scolaire : Chaque année c’est une épreuve, pour les enfants et les ados qui doivent reprendre le rythme et les bonnes habitudes, un inconfort vite compensé par les retrouvailles avec les copains. Une épreuve de taille également pour les parents (les mamans souvent en première ligne) qui se positionnent dans les starting-blocks : prêts ? Partez !!!

Et voilà la course qui commence, une sorte de slalom géant de fin d’été, entre les fournitures scolaires introuvables (le cahier travaux-pratiques /24×32 /petits carreaux / 96 pages / sans spirales… ), les certificats médicaux, les nouvelles baskets, les inscriptions aux activités et l’établissement du planning familial en casse-tête chinois avec les envies de chacun et les trajets à prévoir…

Et tous les ans, TOUS LES ANS c’est la même chose ! La course, la panique quelquefois, le stress, l’énervement, l’impression qu’on n’y arrivera jamais… et vous savez quoi ? Et bien, chaque année nous sortons triomphants de cette épreuve.

Épuisés parfois mais à chaque fois gagnants !

Et vous savez pourquoi ?

Tout simplement parce que nous savons le faire, parce que nous savons concilier, organiser, patienter, négocier, prévoir… et continuer. Et puis, parce que la vie continue ! Après cette rentrée scolaire comme après toutes les précédentes la vie retrouvera son cours, un peu pareil et un peu différent.

Il y a en sophrologie des exercices spécifiques qui enseignent cela, qui nous permettent d’entrevoir un futur serein même au coeur de la tempête. Notamment un exercice que j’affectionne particulièrement qui consiste à se projeter dans le futur au travers d’une action qui appartient à notre vie de tous les jours, cette visualisation nous permet progressivement d’apprendre que la vie future arrive, souvent assez semblable et cependant dans le sens de l’évolution, du changement et du coup un peu différente de la vie actuelle.

Alors oui la rentrée scolaire est bientôt là, et il va nous falloir relever le défi une fois encore, alors, allons-y gaiement ! avec la certitude que nous allons réussir, que nous sommes parfaitement dans notre « zone de compétence » et que dans un mois cet événement viendra s’inscrire dans notre mémoire, un souvenir parmi les souvenirs de toutes les autres rentrées et nous serons à nouveau sur les rails de notre année.

Voilà de belles pensées positives et sophrologiques pour une rentrée pleine de vitalité et avec le sourire !

Je vous souhaite une belle reprise à tous !



Vous souhaitez découvrir et pratiquer la Sophrologie ?

Pour plus d'informations venez découvrir l' association  SOPHROLOGIE ATTITUDE sur Aubagne :


Séance découverte GRATUITE !

Le saviez-vous ? Les mutuelles commencent a rembourser la Sophrologie !

N'hésitez pas à vous renseigner !


SOPHROLOGIE ATTITUDE

Site : www.sophrologieattitude.com

Mail : [email protected]

Tél.:  06.11.88.24.40.


Carole NOEL Sophrologue Praticien Agrée


Notre ventre, une intelligence supérieure???

Publié le 2 juillet 2014 à 2:50 Comments commentaires (1)


Doué de mémoire, notre ventre contiendrait, au sein de notre système nerveux entérique, les archives de notre vie émotionnelle. - 

Le cortex cérébral n'a pas l'exclusivité des commandes sur notre organisme. Les chercheurs découvrent l'indépendance d'action de l'appareil digestif et sa capacité à régir nos émotions.

En transférant la flore intestinale d'une souris obèse à une autre qui ne l'était pas, des chercheurs de l'Institut national de la recherche agronomique (Inra) ont fait une découverte surprenante : non seulement l'animal s'est mis à grossir lui aussi, mais son comportement vis-à-vis de la nourriture a radicalement changé, tant au niveau des préférences gustatives que de la façon, plus compulsive, d'avaler ses rations. « Cela signifie que le contenu de notre ventre a indéniablement la capacité d'influencer le fonctionnement normal du cerveau », s'enthousiaste Karine Clément, directrice de l'Institut du métabolisme cardiovasculaire et de la nutrition (Ican) à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière.

Ces travaux pourraient se révéler d'une extrême importance dans la compréhension de nombreux dérèglements organiques. « Sans flore, pas de vie », souligne la nutritionniste. Sans doute 100.000 milliards de bactéries peuplent nos parois intestinales, dix fois plus que le nombre total de cellules du corps humain ! Cette constellation microbienne agit en symbiose avec son milieu « comme un organe en prise directe avec notre environnement », pressentent de plus en plus de gastroentérologues. Les travaux encore récents sur cette organisation bactérienne montrent que leur fonction dépasse de loin la simple usine à fermentation. « Nos microbes entériques protègent des mauvaises bactéries, produisent de la vitamine B et participent à la maturation du système immunitaire », détaille Dusko Ehrlich, professeur de microbiologie à l'Inra et coordinateur de deux projets d'étude du microbiote intestinal, Meta HIT et MetaGenoPolis.

Des neurones dans l'intestin

Mais il y a mieux : comme notre cerveau, notre ventre produit également de la sérotonine, un des neurotransmetteurs qui participent à la gestion de nos émotions ! Et pas qu'un peu : 95 % de la sérotonine totale de notre corps, selon les dernières découvertes. Pour les gastroentérologues, l'accumulation de ces indices confirme une intuition raillée des neurologues : notre « tripaille » est douée d'une certaine intelligence. Dans un livre choc, « The Second Brain », paru en 1999, Michael Gershon, professeur au département d'anatomie et de biologie cellulaire de l'université de Colombia à New York, émettait déjà cette hypothèse. « 200 millions de neurones, autant que dans le cerveau d'un chien, tapissent la paroi intestinale, écrit-il. Ces cellules proviennent du même feuillet embryonnaire que celles du cerveau, qu'elles quittent à un stade précoce du développement pour migrer dans le ventre, où elles forment un système nerveux entérique. »

Les travaux des neuro-gastroentérologues, une discipline née de ces premières recherches, ont mis en évidence quelques fonctions inattendues de ce système nerveux décentralisé, telles que la modification du taux de prolifération des cellules des muqueuses intestinales ou l'innervation des organes voisins. Il sait également réagir en cas de danger sans en référer au cerveau, par exemple en provoquant des vomissements pour expulser un produit toxique. Il concentre enfin plus de 70 % des cellules du système immunitaire et semble diriger depuis ses muqueuses molles tout le système de défense de l'organisme.

« Le ventre est notre premier cerveau, voire notre cerveau original, va jusqu'à avancer Michel Neunlist, chercheur Inserm à l'Institut des maladies de l'appareil digestif. Les premiers organismes unicellulaires n'étaient-ils pas composés d'un simple tube digestif, où a pris place ce système nerveux entérique ? »

La matrice de l'inconscient

Grâce à d'autres neurotransmetteurs que la sérotonine, ce « cerveau du bas » qui assimile les aliments digérerait aussi nos émotions, donnant foi aux expressions populaires : « avoir l'estomac noué » quand on a « la peur au ventre », prendre des décisions « viscérales », « avoir des tripes »… « Avec ses substances psychoactives endogènes, le ventre a le pouvoir de donner naissance à du découragement ou de l'enthousiasme, de l'impuissance ou du plaisir, de la dépression ou de l'accomplissement », est persuadé Michael Gershon. Il serait même doué de mémoire et contiendrait les archives de notre vie émotionnelle, constituant vraisemblablement « la matrice biologique de l'inconscient » participant à la rédaction de nos rêves !

S'ils ne coopéraient pas, ces deux cerveaux, un pour penser, un autre pour ressentir, sèmeraient le chaos dans l'organisme. Une conversation continue s'opère donc entre la tête et le ventre à travers le nerf vague (ou pneumogastrique), nerf crânien convoyant des informations motrices, sensitives, sensorielles et parasympathiques de l'un à l'autre. Ce dialogue ouvre d'immenses espoirs thérapeutiques. Dès 2010, Michel Neunlist et Pascal Derkinderen ont découvert qu'une simple biopsie du côlon pouvait permettre de retrouver à l'identique dans les neurones digestifs la présence d'anomalies bien connues dans le cerveau de patients atteints de Parkinson.

Cette avancée a déjà permis aux chercheurs de résoudre un problème pratique majeur dans l'étude de la maladie : étudier les lésions sur des patients vivants - ce que la nécessité de disséquer leurs cerveaux rendait jusqu'alors impossible. « Le ventre est une fenêtre ouverte sur le système nerveux central », résume Michel Neunlist, qui a quantifié et qualifié les neurones impliqués et déduit les liens entre les lésions et les signes cliniques. A terme, les biopsies pourront être utilisées comme marqueurs précoces de la maladie. « On pourrait ainsi déterminer le stade d'avancement du mal à partir de l'analyse de simples biopsies coliques effectuées à l'hôpital lors de coloscopies, explique Pascal Derkinderen. Si nos résultats se confirment à grande échelle, il sera possible de faire un diagnostic de sévérité de la maladie de Parkinson du vivant du patient et d'ajuster le traitement et la prise en charge. » Karine Clément, elle, rêve du jour où elle pourra transférer à ses patients ultra-obèses de la Pitié-Salpêtrière la flore intestinale de patients sains.

En chiffres

200 millions : le nombre de neurones constituant le système nerveux entérique. Le cerveau humain en contient 80 à 100 milliards, celui d'un chien 160 millions, celui d'une souris 16 millions.

2 kg : le poids de la flore intestinale d'un adulte. C'est dix fois la totalité des cellules de l'organisme, soit une population estimée à 100.000 milliards.

33.627 : le nombre connu d'espèces constituant la flore intestinale. Elles sont sans doute plusieurs centaines de millions.

700 millions : le nombre d'obèses dans le monde. Il était de 400 millions en 2005. La cause la plus probable de cette inflation est un dérèglement de la flore intestinale dû à une mauvaise alimentation.

 


Carole NOEL Sophrologue

Mincir grâce à la sophrologie

Publié le 10 juin 2014 à 9:20 Comments commentaires (0)

En plus de nous relaxer, la sophrologie permet dire adieu aux kilos en trop. Un énième régime ? Pas si sûr que ça …Explications.



S’écouter pour mieux manger

Basée sur des exercices de respiration, de mouvements doux et de visualisation, la sophrologie est une méthode de relaxation efficace. Mais associée à un suivi nutritionnel, elle permet aussi de perdre du poids durablement. Le secret ? Les exercices de sophrologie permettent de se réapproprier son corps, en apprenant à le connaître et à le respecter. Les séances vous aident ainsi à prendre conscience des troubles qui ont déclenché votre prise de poids. En plus, au fil des séances, vous vous détournez naturellement des aliments qui vous font grossir et vous vous orientez vers des choses plus saines. Ici pas de restriction alimentaire sévère ni de régime "miracle". Le changement est doux et progressif.

Une hygiène de vie à adopter en toutes circonstances

La sophrologie peut être pratiquée partout, très rapidement, au bureau, dans le métro, à la maison. Vous êtes sur le point d’engloutir une tablette de chocolat ? Quelques respirations bien ciblées suffisent à retrouver son calme, faire retomber le stress, souvent à l’origine des envies de sucrerie irrépressibles.

Virginie, 28 ans : "Fini les fringales ! "

"J’ai toujours eu quelques kilos à perdre et des comportements compulsifs envers la nourriture. J’ai testé tous les régimes, j’ai perdu du poids, pour mieux le reprendre. Avec le recul, je constate que la frustration liée aux aliments interdits m’a conduite systématiquement à l’échec. On se prive, on tient le coup et au moindre pépin, on craque et on avale n’importe quoi. S’en suit culpabilité et dégoût de soi. Je me suis alors décidée à consulter une nutritionniste, qui m’a expliqué les causes de mon surpoids et établi un programme alimentaire adapté à mes besoins. Elle m’a suggéré aussi de faire de la sophrologie. Je suis ouverte aux médecines douces et j’ai voulu essayer, sans grande conviction. Les bénéfices m’ont étonnée : je n’ai plus eu de fringales, ni de besoin compulsif et j’ai appris à m’accepter telle que je suis. J’en suis à ma quinzième séance et j’ai perdu 5 kilos en trois mois. La nutritionniste y est pour beaucoup mais je reconnais que l’accompagnement par la sophrologie me fait du bien."


Carole NOEL Sophrologue


Bac : 2 exercices pour bien se concentrer avant l'examen

Publié le 10 juin 2014 à 8:55 Comments commentaires (0)

Les premières épreuves du baccalauréat démarrent le 16 juin prochain. Deux exercices de sophrologie peuvent vous aider à rester calme et concentré, ou vous éviter le “trou noir” devant votre copie. À essayer...

 

Ces exercices de sophrologie ne sont, bien sûr, pas une recette miracle ! Mais lorsque l'on a consciencieusement révisé ses examens, ils peuvent être d'une aide précieuse.

 

Le tra-tac, un exercice de concentration

oncentrer avant l'examen

 

RSSBlog Expert

 

Les premières épreuves du baccalauréat démarrent le 16 juin prochain.

Deux exercices de sophrologie peuvent vous aider à rester calme et concentré, ou vous éviter le “trou noir” devant votre copie. À essayer...


 

TRATAC


 

Cet exercice permet de développer votre concentration, il renforce et pacifie votre mental. Il se pratique juste avant d'entrer dans la salle d'examen. Pour le faire, isolez-vous quelques instants.

 

Debout, bras le long du corps, inspirez en levant le bras droit ou gauche devant vous, pouce tendu vers le ciel.

 

Bloquez votre inspiration et fixez l'onfle de votre pouce avec vos yeux.

 

Ramenez doucement votre pouce vers votre front. Lorsque votre vue se trouble, fermez vos yeux et laissez votre pouce venir toucher votre front. Imaginez ancrer votre capacité de concentration, un peu comme si votre pouce touchant votre front était un “Post-it concentration”.

 

Soufflez doucement en ramenant votre bras le long de votre corps.

 

Recommencez l'exercice deux fois avant d'entrer dans la salle d'examen.


RESPIRATION VENTRALE


La respiration pleine pour évacuer l'angoisse

 

Cet exercice est utile pour évacuer toute angoisse ou toute excitation lorsque vous découvrez le sujet d'examen que vous devez traiter. Il vous aide  à ralentir votre rythme cardiaque, à retrouver le calme.

 

Assis sur votre chaise, inspirez profondément en gonflant le ventre, les côtes, l'ensemble de vos poumons, et contractez très fort vos poings.

 

Puis, soufflez tout doucement comme si vous le faisiez à travers une paille, et relâchez vos poings pour évacuer votre contrariété ou votre excitation. Si besoin, répétez l'exercice durant la durée de l'examen.



Pour plus d'information :

sophrologieattitude.com

[email protected]

06.11.88.24.40.

Carole NOEL Sophrologue


SOPHROLOGIE pour ADOLESCENTS

Publié le 6 mars 2014 à 2:15 Comments commentaires (0)


LE MONDE DES ADOLESCENTS, DES JEUNES, DES ÉTUDIANTS

 

L’adolescence est une période de la vie délicate, un « entre deux états » qui n’est pas toujours confortable. L’adolescence signifie que l’être n’est plus tout à fait un enfant, et par encore tout à fait un adulte.

 

Cette période peut être vécue par la personne adolescente de manière extrêmement inconfortable : perte de repère, incapacité à agir, agressivité, anxiété, enferment dans le silence ou dans la rébellion…

 

Les adolescents, durant cette période, sont, d’une part très fragiles (sans se l’avouer), à fleur de peau, et d’autre part, commencent à affirmer leur choix, leurs orientations (parfois de manière excessive).L’accompagnement en sophrologie consiste, dans un premier temps, à travailler sur une recherche d’équilibre, ceci passant souvent par des exercices corporels, toujours sur une base d’approche ludique, cette fois adaptée aux adolescents.

 

L’adolescent n’est pas toujours bien dans sa peau, il peut vivre son corps de manière désagréable. La sophrologie aide à une prise de conscience positive du corps, du schéma corporel.

 

Notamment au travers des choix d’orientations et d’études, l’école demande aux adolescents de se positionner clairement sur des choix d’avenir, d’études supérieures. ceux-ci ne sont pas forcément préparés à répondre à ces demandes, et pourtant, il devront faire des choix.

 

La sophrologie peut aider à réfléchir à ces décisions, aider l’adolescent à mieux se connaitre, afin qu’il prenne la voie d’études la plus juste pour lui.

La sophrologie aide l’étudiant à préparer son projet professionnel, ses examens, ses concours.Un accompagnement permet aux étudiants de construire leur projet de vie, de donner du sens à leurs études, de se positionner dans des choix justes, de trouver un équilibre dans le cheminement professionnel.


 

PROPOSER LA SOPHROLOGIE À VOTRE ADOLESCENT, C’EST L’AIDER

 

* À Contacter ce qui est vraiment important pour lui.

 

* Mieux se connaitre pour faire des choix justes.

 

* Ecouter ses ressentis, ses sentiments, valoriser son intuition.

 

* Renforcer sa personnalité, utiliser ses potentiels positivement.

 

* Gagner en confiance, en estime, en qualités relationnelles.

 

Se centrer, développer sa corporalité.

 

* Se concentrer, se motiver, s’affirmer positivement.

 

* S’apaiser, se ressourcer, se calmer.

 

* Trouver sa voie, démarrer des études positivement, préparer examens et concours.

 

Les séances de Sophrologie sont proposées en individuelle ou en groupe, selon les attentes et besoins de chacun.

A bientôt,

Carole NOEL Sophrologue

06.11.88.24.40.


Rss_feed